ActuTech - Mettre une "puce"

Aujourd'hui Hartt Racing Lyon s'attaque à l'un des abus de langage les plus répandus dans le monde de la préparation automobile... la fameuse "puce" ! 

Combien de fois n'avons nous pas entendu : "j'aimerais mettre une puce", "j'ai un collègue qui a fait mettre une puce"... Et on vous avoue que quand un reprogrammateur entend ça, des pulsions meurtrières montent en lui... ou presque :-). Une puce c'est un petit insecte... point. 

Alors, nous direz-vous, pourquoi ce nom est-il entré dans le jargon automobile? C'est simple. Certains composants électroniques présents à l'intérieur des calculateurs (ECU) ressemblent à des puces (cf. la photo ci-contre). En termes techniques, ces puces, sont appelées EEPROM (Electrically Erasable Programmable Read-Only Memory) et ce sont elles qui contiennent le programme informatique de gestion des paramètres moteur. 


Flashback dans les années 90... Les EEPROM n'étaient à l'époque que des PROM (Programmable Read-Only Memory) et ne pouvaient pas être reprogrammées. Il fallait dessouder la "puce", en commander une nouvelle (totalement vierge), la reprogrammer et venir la souder à l'emplacement de l'ancienne. Voilà pourquoi on disait "mettre une puce".


Depuis la fin des années 90, les PROM ont évolué et sont devenues "flashables" (EEPROM). Plus besoin de sortir le fer à souder pour une reprogrammation moteur, on peut lire et écrire à volonté. C'est le même principe que lorsque les CD à graver sont sortis. Une fois gravés impossible d'en changer le contenu. Et puis les CD-R (réinscriptibles) sont arrivés ! 

Le temps des puces est donc révolu depuis bien longtemps. Demandez aujourd'hui une reprogrammation moteur sur mesure chez Hartt Racing, spécialiste en Rhône-Alpes et à Lyon. Info/Résa : 04 78 37 14 29.